Fashion, Interview

Fashion Stylist: an interview with Nawal Rmili

Nawal Rmili Fashion Stylist blogger

Have you ever admired a fashion editorial in your favorite magazine and asked yourself how it was created? Or where the idea of the editorial came from? Well, I’ve always wondered how a photo shoot was done, where the clothes came from or who conceived the stage direction.

Avez-vous déjà admiré une série de mode dans votre magazine favori en vous demandant comment on arrivait à ce résultat ? D’où venait l’idée de travailler autour de tel ou tel thème ? Moi oui ! Je me suis toujours demandé comment on s’y prenait pour organiser un shooting, d’où venaient les vêtements, ou encore qui créait la mise en scène.

I know how much you love it when I unveil the backstage of the fashion industry! So today I am honored to introduce you to Nawal Rmili who I met through Instagram. Nawal has worked for many magazines as a stylist and I was lucky to interview her so we could learn more about her job.

Je sais à quel point vous aimez quand je vous ouvre les portes sur ce monde aussi exposé que secret qu’est la mode ! Alors aujourd’hui, j’ai l’honneur de vous parler de Nawal Rmili que j’ai découvert au grès de mes pérégrinations sur Instagram. Nawal a travaillé pour différents magazines en tant que styliste et j’ai eu la chance de la rencontrer pour lui demander de nous parler de son métier.


Rhizlaine: First of all, can you tell us about your background education?

Nawal: I came to Paris after high school. I’ve always wanted to work in fashion but I didn’t know where to begin since I am a very cautious person and fashion has the reputation to be a tough world. I was trying to figure out what to do with my life so I joined a communication school to develop my creativity hoping I would end up in fashion. I studied PR at EFAP and digital communication at ECS.

Rhizlaine : Pour commencer, peux-tu nous présenter ton parcours scolaire en quelques mots ?

Nawal : Je suis arrivée à Paris après mon bac. J’ai toujours voulu travailler dans la mode mais au départ je ne savais pas par où commencer étant donné que je suis quelqu’un d’assez prudent et que c’est un milieu qui est réputé pour être assez difficile. Je me suis un peu cherchée et j’ai fini par intégrer une école de communication pour développer mon côté créatif en espérant me retrouver un jour dans la mode. J’ai donc étudié les relations presses à l’EFAP et la communication digitale à l’ECS.

Fashion editorial Marie Claire Page 1

Fashion Editorial Marie Claire p2

Fashion editorial Marie Claire p3

Rhizlaine: I guess you have done some internships?

Nawal: Yes, I started at the Marie France magazine where I was the assistant of the director of photography. I was in charge of searching for pictures to illustrate the articles. It was both interesting and tedious because I had to look through endless portfolios of pictures.

For my second internship, I wanted to work in PR. So I rolled up my sleeves, looked at the fashion week calendar and contacted all the fashion houses to propose my services. I was lucky to work at the Giambattista Valli showroom. It was a very enriching experience because I had a lot of different tasks. I was helping the team on everything that needed to be done. One day, right before the arrival of Anna Wintour, I had to wash all the windows of the showroom but I didn’t complain! I’ve always considered this to be fun and I was just grateful to be there, to observe and to learn.

As I went on with my studies, I felt the urge to discover the world, so I went to Japan for 6 months where I worked at a PR agency that represented several brands (Vera Wang, Alexandre Mc Queen, Sacai, Costume National, etc.). Working in Japan was not easy because the culture is so different. However, I really loved how people expressed themselves through their clothes. The outfits were really elaborate which was refreshing and so different from the Parisian black “uniform”.

When I came back, I managed to get an internship at Grazia Magazine in Paris where I was a stylist assistant during 6 months. My role was to assist the stylists in their projects by helping them on their photo shoots.

After this experience, I decided to go back to school to do a Masters in communication. In the meantime, I decided to become a freelancer. My first job was at Glamour Magazine where I was the assistant to the fashion editor-in-chief. I was helping her with various tasks. I would work on a photo shoot one day and follow up on the evolution of the magazine’s layout the next day.

At the end of the Master, I interned with Marie Chaix, a fashion stylist who works for magazines like Vogue, ID and Purple: the kind of magazines where the art direction is more creative and conceptual.

After I graduated, I have worked with many stylists and, since September, I have been working with the stylist Julie Pailhas.

Rhizlaine : J’imagine que tu as fait des stages ?

Nawal : Oui, j’ai commencé au magazine Marie France, où j’ai assisté le directeur photo. J’étais en charge de trouver des photos pour illustrer les articles. Ce qui était à la fois intéressant et fastidieux car je devais les chercher dans des grosses banques d’images.

Pour mon second stage, j’ai voulu travailler dans les relations presses. Alors j’ai retroussé mes manches, pris le calendrier de la fashion week de Paris et appelé toutes les maisons de mode pour proposer mes services. J’ai donc eu la chance de travailler au showroom de Giambattista Valli. C’était une très bonne expérience car j’étais très polyvalente. J’assistais l’équipe sur tout ce qui avait besoin d’être fait. Un jour, avant l’arrivée d’Anna Wintour j’ai dû laver toute les fenêtres du showroom qui était entièrement vitré ! J’ai toujours pris ça à la rigolade. Je trouvais que c’était une énorme chance d’être là, d’observer et d’apprendre.

Au cours de mon parcours, j’ai ressenti le besoin d’aller à l’étranger. Je suis donc allée au Japon pendant 6 mois où j’ai travaillé au sein d’un bureau de presse multimarque (Vera Wang, Alexandre Mc Queen, Sacai, Costume National, etc.). Travailler au Japon ce n’est pas évident car la culture est très différente. Mais j’ai vraiment adoré le fait que les gens s’exprimaient à fond à travers leurs vêtements. Les filles ont des looks très travaillés ce qui change de l’uniforme noir de la parisienne !

Après cela, j’ai décroché un stage chez Grazia pendant 6 mois en tant qu’assistante styliste. Là, mon job c’était d’aider les stylistes à mener leurs projets à bien en les assistant sur les shootings.

A la suite de ces premiers stages, je décidais de reprendre mes études avec un Master en communication. En parallèle, je  m’étais lancée en tant que freelance. J’ai effectué ma première mission chez Glamour où j’étais l’assistante de la rédactrice en chef mode. Je devais être très polyvalente : je pouvais aussi bien intervenir sur les séances photos que sur le suivi des maquettes.

A la fin de mon master, j’ai eu la chance de faire un stage auprès de Marie Chaix, une styliste qui travaille pour Vogue, ID, Purple, le genre de magazine où les shootings sont plus créatifs et conceptuels.

Après le diplôme, j’ai assisté pas mal de stylistes. Et depuis septembre dernier je travaille avec la styliste Julie Pailhas.

Fashion editorial Marie Claire p5

Fashion editorial Marie Claire p5

Fashion editorial Marie Claire p6

Rhizlaine: So what is your job exactly?

Nawal: I work closely with fashion stylists and I help them build a fashion editorial. At the beginning, the stylist pitches her ideas to the magazine. She prepares the mood boards to present the visuals that inspired her ideas.

My tasks are quite varied. For example, I can help the stylist to find the clothes that are in her moldboard. I conduct researches in all the fashion shows in order to discover pieces that fits with the editorial theme. I usually spend a lot of time on Vogue Runway or studying the look books sent by the PR agencies which is a very tedious process! Once I find the products that I want, I make shopping requests i.e. I send request to PR agents in order to obtain the clothes that I need. If the products are available, they send them to me.

Some brands may have some specific demands. For example, some luxury labels may request that the models should be dressed from head to toe in their products. This is because they want us to follow their art direction to the letter. So, we absolutely have to respect these rules unless we want to be blacklisted.

In the same time, I will receive a list of advertisers i.e. brands that have purchased advertisement pages within the magazine. There is, indeed, a tacit agreement between the advertiser and the magazine: the brand buys advertisement space within the publication and in return they expect their products to be featured in the editorials. So I really have to make sure that the advertisers appear in the editorial. This is not always easy but it is a great exercise of creativity.

After this, there is what we call the « shopping » which is when I visit the PR agencies in order to discover new products. I always come in prepared with all the research that I have done beforehand in order to know exactly what I want. This is a really cool part of the job since I get to discover new designers. For example, a while ago I was at the Karlo Otto agency and I discovered “Off White”, a brand that does really cool stuff and that is becoming increasingly renowned. This is kind of a more wearable “Vetement”. I showed this brand to my boss who loved it too and has since used it in many editorials.

Once I receive the clothes that the brands lend me, I put them in the shopping room where we stock all the products obtained. In general, it has nothing to do with the fancy closets that you can see in “The Devil wears Prada” movie. It is more likely to be a windowless dusty cellar room where huge piles of clothes mount up!

As you can imagine, this whole process is quite long and tedious, so in order to facilitate my boss’ job, I prepare documents to follow up on the shopping requests so we know the status of each products at any time.

After this we finally start putting together all the looks. If we have 14 pages to produce, we will create 14 looks from head to toe with the clothes that we managed to secure. If the art director of the magazine validates our proposals, then we can start the photo shoot.

Rhizlaine : Concrètement en quoi consiste ton job ?

Nawal : Je travaille en étroite collaboration avec des stylistes et je les aide à mettre en place leurs séries de mode. Dans un premier temps, c’est la styliste qui va « pitcher » le magazine avec des idées de thèmes. Elle prépare des « moodboards » pour présenter les visuels qui ont inspiré son travail.

Pour ma part, mes tâches sont très variées. Je peux par exemple aider la styliste à trouver les looks qu’elle a mis dans son moodboard. Je vais faire des recherches dans tous les défilés et je vais essayer de trouver ce qui correspond au thème. Je passe donc beaucoup de temps à surfer sur Vogue Runway et à étudier les lookbooks que les bureaux de presse nous envoient ce qui est un travail assez fastidieux. Une fois que j’ai trouvé ce que je veux, je fais des demandes shopping c’est à dire que j’envoi des demandes aux attachées de presse pour obtenir les produits dont j’ai besoin. Si les produits sont disponibles alors ils me les envoient.

Certaines marques peuvent avoir leurs exigences. Par exemple, certaines griffes de luxe souhaitent que les mannequins portent leurs produits des pieds à la tête. En général, c’est parce que la maison souhaite que l’on suive sa direction artistique à la lettre. Il faut donc absolument respecter ces exigences sous peine de se retrouver sur la liste noire des stylistes à qui ils ne prêteront plus jamais de produits.

En cours de route, je vais également recevoir une liste d’annonceurs c’est-à-dire la liste des marques qui ont acheté des pages de pub dans le magazine. Il faut savoir qu’il y a un accord tacite entre les publications et leurs annonceurs : les marques achètent des pages de pub et en retour elles attendent que leurs produits soient mis en valeur dans les séries de mode. Je dois donc me débrouiller pour intégrer des éléments des annonceurs dans la série. Ce n’est pas toujours évident mais c’est un vrai exercice de créativité.

Vient ensuite ce qu’on appelle la journée shopping : je fais le tour des bureaux de presse pour repérer les produits. Au préalable, je fais mes recherches, ce qui me permet d’arriver préparée et de savoir ce que je veux. C’est vraiment cool car je peux découvrir de nouvelles marques. Par exemple chez le bureau Karla Otto (ndlr : un bureau de presse) j’ai découvert la marque Off White, que je ne connaissais pas du tout et qui fait des choses vraiment cool, un peu à la « Vetement » mais en plus portable pour la vie de tous les jours. J’ai montré cette marque à ma boss, qui elle aussi a adoré et qui a, depuis, mis cette marque dans plusieurs séries.

Quand je reçois les vêtements que l’on me prête, je les mets dans la « salle shopping » là où on regroupe tous les vêtements reçus. En générale, cette salle n’a rien à voir avec les dressings incroyables du film “Le Diable s’habille en Prada”. Ce sont plutôt des caves poussiéreuses sans fenêtre où s’accumulent des montagnes de fringues !

Tout ce processus est long et pour faciliter le travail de ma boss je prépare des documents pour faire un suivi des demandes shopping et connaitre à tout moment le statut des produits demandés.

Ensuite, vient le moment où on va monter les silhouettes : si on a 14 pages à produire on va donc créer 14 looks de la tête aux pieds avec les pièces qu’on a réussi à obtenir. On doit valider les propositions avec la direction du magazine puis on part en shooting.

Fashion Editorial Marie Claire p1

Fashion Editorial Marie Claire p2

Fashion Editorial Marie Claire p3

Rhizlaine: Tell me more about the photo shoots.

Nawal: Photo shoots are long days that usually start around 5 a.m. My job is to make sure that we took with us all the clothes and accessories and to put everything in good order which will facilitate the dressing of the models. The behind the scene is not always glamorous because I usually spend a lot of time ironing the clothes so that everything looks perfect.

Then we dress the model, who spent the first two hours getting their hair, makeup and nails done. We have to be very quick because we usually have around 15 looks to shoot. One could think that it is not that difficult but shooting every look takes a lot of time. A photo shoot day typically lasts around 13 to 14 hours!

Once the model is ready, she is placed on the set. The photographer starts giving his instructions and I am ensuring that the clothes perfectly fall into place and that the accessories are visible. I often have to adjust the outfit directly on the model because the clothes are often too large: safety pins and double sided tapes are my best friends! It is actually quite funny because we frequently found ourselves in situations where the model looks perfect from the front but the back is awful with all the pins!

Rhizlaine : Alors dis-moi en plus sur ces fameux shootings ?

Nawal : Les shootings, ce sont de longues journées qui commencent en général autour de 5h du matin. Mon rôle c’est de tout préparer en amont, de m’assurer que tous les éléments sont là et de tout mettre en ordre pour faciliter l’habillement. Ce n’est pas toujours très glamour car je dois aussi passer beaucoup de temps à défroisser tous les vêtements pour que tout soit nickel.

On procède ensuite à l’habillement du mannequin qui aura été préalablement coiffée, maquillée et manucurée. Il faut faire vite car, en générale, on a une quinzaine de tenues à shooter. On pourrait penser que c’est facile mais faire une photo de chaque tenue prend énormément de temps. C’est la raison pour laquelle un shooting dure entre 13h à 14h !

Une fois prête, on met le mannequin sur le set. Le photographe donne ses directives et moi je suis à côté pour m’assurer que les vêtements tombent bien et que les accessoires sont bien visibles. Je dois aussi reprendre les vêtements directement sur le mannequin avec des pinces car ceux-ci sont souvent trop grands. Les épingles à nourrices, le scotche double face et les pinces sont mes meilleurs amis ! D’ailleurs c’est souvent assez marrant parce que tu te retrouves dans des situations où la fille a l’air parfaite devant mais derrière c’est la cata !

Fashion Editorial Marie Claire p4

Fashion Editorial Marie Claire p5

Fashion Editorial Marie Claire p6

Rhizlaine: This sounds like quite a stressful job! isn’t it?

Nawal: Yes, it is! A day of photo shooting costs approximately 50.000€, so you’d better not fail! And if you make the mistake of not highlighting enough the products of one of the advertisers, they can withdraw their ad page from the magazine which can cause a major loss of revenue for the publication! Therefore, the stakes are high which is very stressful. It is also a very physical job: the days are long and you sometimes have to carry huge luggage of clothes.

This remains, however, a very fascinating job. I never get bored and I always meet new people at every photo shoot: photographers, makeup and hair artists, etc. Overall, people are really nice despite what you might think of this industry.

This job has also taught me to be resourceful. Indeed, very often you simply cannot say “no”, you can’t afford to make a mistake and you are often asked to do the impossible. So I had to learn how to find solutions for absolutely everything.

It is also very educational because you are independent, autonomous and as a young stylist, you are quickly given responsibilities.

Rhizlaine : Ca m’a l’air d’être très stressant comme boulot, non ?

Nawal : Oui ! Il faut savoir qu’un shooting coûte environ 50.000€ pour la journée. Donc tu n’as pas intérêt à te rater ! Et si tu as le malheur de mal placer le produit d’un annonceur, celui-ci peut retirer sa page de pub dans le magazine, ce qui représente également une grosse perte financière ! Les enjeux sont donc très élevés et c’est très stressant. C’est aussi un métier très physique : les journées sont longues et je me retrouve souvent à tirer d’énormes valises de fringues.

Ça reste malgré tout un job passionnant. Je ne m’ennuie jamais et je rencontre de nouvelles personnes à chaque nouveau shooting : que ce soit des photographes, des maquilleurs ou des coiffeurs, etc. Les gens sont plutôt sympas malgré ce qu’on peut penser de ce milieu.

Ce boulot m’a aussi permis d’apprendre à avoir plein de ressources. Souvent tu n’as pas le droit de dire non, tu n’as pas le droit à l’erreur et on te demande des choses parfois impossibles. J’ai donc appris à savoir retomber sur mes pieds et à trouver des solutions à tout.

C’est aussi très formateur car tu es très indépendant, autonome et on te responsabilise très vite.

Fashion Editorial Photo Shoot

Fashion editorial

Fashion editorial

Rhizlaine: so what are you sources to cultivate your fashion culture?

Nawal: I am constantly on Vogue Runway, Pinterest, Instagram and Tumblr. I have an increasing interest in photography and I love to discover new talents.

Rhizlaine : Du coup, c’est quoi tes sources pour entretenir ta culture mode ?

Nawal : Je suis constamment sur Vogue Runway, Pinterest, Instagram et Tumblr. Je me passionne de plus en plus pour la photographie et j’adore découvrir de nouveaux talents.

Fashion editorial

Fashion editorial

Fashion editorial

Rhizlaine: What advice would you give to someone who would like to pursue this career?

Nawal: I think that being passionate is an absolute requirement. It is a very tough job so you need to know why you’re doing it. That’s what allows you to remain motivated. You also have to be healthy and in good shape because, as I said earlier, the days can be long and tedious.

Rhizlaine : Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaiterais faire ton métier ?

Nawal : Je pense qu’il faut absolument être passionné. C’est un métier difficile donc il faut savoir pourquoi on est là. C’est ce qui permet de rester super motivé. Il faut également être en bonne forme physiquement car, comme je l’ai dit, les journées peuvent être très longues.

Fashion editorial backstage

Fashion editorial backstage

Rhizlaine: Last but not least, what are your favorite things to in Paris?

Nawal: Well I love to wander at the library of Palais de Tokyo or at the Merci boutique. If I just want to relax after a long day, I just put some loud music and I stroll in my neighborhood: les Invalides.

Rhizlaine : Pour finir qu’est-ce que tu aimes faire à Paris quand tu as une journée de libre ?

Nawal : J’adore flâner à la librairie du Palais de Tokyo ou à la boutique Merci. Pour me détendre je mets la musique à fond dans les oreilles et je me balade dans mon quartier : les Invalides.


Well thank you so much Nawal for this fascinating interview! Ladies, I hope you enjoyed discovering the backstage of a photo shoot as much as I did! You can follow Nawal on her Instagram and her Youtube channel. Don’t hesitate to share this article and share your thoughts in the comments.

Merci à Nawal pour cette interview passionnante. J’espère que vous avez aimé découvrir les coulisses d’un shooting mode autant que moi ! Je vous invite à découvrir son Instagram et sa chaine Youtube. N’hésitez pas à partager cet article et à me faire part de vos commentaires ! 

Bisous Bisous

Rhizlaine

Follow me on Bloglovin’ / Facebook / Twitter Instagram

Photo Credits: Nawal RmiliRahel Weiss, Julie Pailhas, Max Martin

7 thoughts on “Fashion Stylist: an interview with Nawal Rmili

  1. Félicitations pour cet interview. :) Ton article est très enrichissant, j’ai appris pas mal de trucs d’un milieu plein de préjugés, c’était très intéressant.
    Au plaisir de lire d’autres de tes articles.

  2. Ton article est génial ! C’est le métier sur lequel je veux m’orienter et sur internet, peu d’informations circulent à ce sujet donc ton article m’a beaucoup plus éclairé :)

    The Little Fashionette

    1. Super! Je sui contente que tu l’ai trouvé utile! n’hésite pas à le partager ;) a très vite

Leave a comment